Lac de Garde

Le Lac de Garde, ou Benàco, est le plus grand lac italien, avec une surface d’environ 370 km². Cette perle bleue se trouve à la rencontre de la Lombardie, de la Vénétie et du Trentin-Haut-Adige. À l’est, la chaîne montagneuse du Monte Baldo le sépare de l'Adige, au nord, il est étroit comme un fjord, alors qu’au sud il s’élargit et est fermé par le grand amphithéâtre morainique, un cercle de collines créées pendant la dernière glaciation. 
Le nom Benàco était le nom du lac depuis l'époque romaine, le terme latin Benacus indiquerait la présence de nombreux promontoires. 
Le lac s’étend sur une longueur de 52 km, et une largeur maximale de 16 km, l'altitude est de 65 m et sa profondeur maximale de 365 m, dans la partie située au nord de Gargnano. La Sarca est son principal affluent, son seul émissaire est en revanche le Mincio.

Les cinq îles du lac sont, par ordre de grandeur : l'Isola del Garda, sur laquelle est construit un bel édifice en style vénitien du XVIIIe siècle ; près de cette dernière se trouve l'Isola di San Biagio, appelée également « dei Conigli » (des lapins), située à environ 200 mètres de la côte (on peut s’y rendre à pied lorsque le niveau du lac est bas). Ces deux îles se trouvent dans la partie sud du lac. Au nord, on trouve en revanche l'Isola del Trimelone, célèbre pour avoir été utilisée comme poudrière, l'Isola del Sogno, elle aussi accessible à pied en période sèche, située à 20 mètres à peine de la côte, et enfin l'Isola degli Olivi.

Les rives du lac sont caractérisées par une végétation méditerranéenne typique (oliviers, vignes, agrumes, palmiers, arbres fruitiers, agaves, cyprès), grâce au microclimat créé par l’énorme bassin, qui fait que l’hiver y est particulièrement doux (ce qui favorise d’ailleurs l’hibernation de différentes espèces d’oiseaux) et qui rend les minima hivernaux moins rigoureux et les chaleurs estivales moins étouffantes.

Les zones les plus douces du Lac de Garde se trouvent sur les côtes occidentale et orientale, alors que la zone méridionale du lac et l’alto Garda trentino sont plus froids.
Au cours des siècles, l’une des étapes incontournables des voyageurs étrangers qui se rendaient en Italie était la visite du plus « italien » des lacs, un terme dû au charme méditerranéen du paysage. 
Cet espace naturel riche en lumières et climats divers, associé aux vues grandioses et variées, est à l’origine de la longue célébration du Lac de Garde par les poètes.
Catulle, Michel de Montaigne, Goethe, Chateaubriand, Stifter, Heyse, Ibsen, von Hoffmannsthal, Stendhal, Lawrence, voici quelques-uns des poètes et écrivains « voyageurs » qui ont visité et décrit le Lac de Garde dans leurs ouvrages entre le XVIIIe et le XXe siècles.

Aujourd’hui comme par le passé, notre lac est une destination appréciée des touristes qui viennent principalement du nord de l’Europe, et peuvent y trouver toutes sortes de solutions d’hébergement. Les différences morphologiques du terrain ont toutefois créé des zones à la densité touristique variable.
La côte orientale du Lac, le Garda trentino, et la zone qui s’étend jusqu’à Limone ont été depuis les années 60 la destination incontestée du tourisme de masse, organisé par des voyagistes qui, en profitant de la proximité avec l’autoroute du Brennero, ont réussi à canaliser des flux touristiques importants qui ont permis de créer un développement économique significatif pour les opérateurs locaux, mais qui ont également conduit à une globalisation touristique qui va au détriment des particularités locales.

La zone de la Valtenesi et la zone sud du Lac de Garde ont été quant à elles les victimes, au cours des dernières années, de la construction sauvage de résidences touristiques et autres bâtiments, hangars pour les entreprises artisanales et centres commerciaux, qui ont malheureusement causé la dénaturation du territoire. Les régions de Sirmione et Desenzano ont vu la construction de parcs d’attractions grands comme des bourgs, de discothèques et de lieux de divertissement nocturnes à même d’attirer le tourisme des visiteurs d’un jour des villes voisines.

La zone occidentale, de Limone à Salò est quant à elle restée intacte et à l’écart du tourisme de masse, puisque la route nationale ss 45 bis « Gardesana Occidentale », avec son tracé sinueux riche en tunnels, parfois creusés dans la roche et modernisés il y a peu, a toujours constitué une barrière naturelle au passage des bus touristiques. 
À Gargnano en particulier, une politique attentive de protection du territoire a empêché une prolifération excessive des résidences secondaires, au profit d’un tourisme réel et durable qui s’inscrit adéquatement dans le contexte naturel. Cette caractéristique permet de proposer aux touristes qui choisissent Gargnano comme lieu de vacance un environnement où ils peuvent vivre l’émotion du passé. 

Riviera dei Limoni

La Riviera dei Limoni est un consortium des communes de la rive du Lac de Garde située entre Salò et Limone, du côté de Brescia, créé pour unir les forces des différentes communes afin de promouvoir ensemble des villages ayant les mêmes caractéristiques socioculturelles mais aussi les mêmes problématiques.
La Riviera dei Limoni a récemment développé des stratégies de promotion également avec la Riviera dei Castelli, qui réunit les communes du basso Garda.

Parc Alto Garda Bresciano

 

Le Parc Alto Garda Bresciano est caractérisé par deux réalités territoriales différentes d’une grande valeur, de par leurs paysages et la nature qu’elles accueillent ; les rives du Lac de Garde, avec leurs bourgs caractéristiques et une végétation typiquement méditerranéenne, et l’arrière-pays, qui accueille des villages et une végétation et un climat montagneux.

Le plus haut sommet atteint presque deux mille mètres d’altitude. La zone côtière comprend les communes qui s'étendent de Salò à Limone, dont les économies dépendent presque exclusivement du tourisme. Les neuf communes du Parc ont également des zones de collines et de montagnes où les amateurs de trekking trouveront des lieux idéaux pour se promener et escalader, avec des refuges et des bivouacs.

Cima Rest et ses granges typiques austro-hongroises au toit de paille est un point de départ idéal pour des excursions vers le sommet Tombea et le Monte Caplone. La végétation méditerranéenne de la côte, caractérisée par les citronniers et les oliviers, disparaît comme par magie pour céder la place aux bois de châtaigniers, aux chênes et, plus en hauteur, à de magnifiques hêtraies. 

Gargnano sul garda

 

Gargnano est une vaste commune formée de 13 petits hameaux et peut être défini un village entre deux lacs car le chef-lieu et les hameaux de Villa et de Bogliaco donnent en effet sur le Lac de Garde, tandis que l’arrière-pays de Gargnano remonte graduellement la colline jusqu’au Lac de Valvestino y compris, authentique fjord enchâssé entre les montagnes de la vallée portant le même nom.
C’est l’endroit le plus beau du lac de Garde, loin des localités touristiques commerciales et pleines de monde. Nos clients seront plongés dans l’atmosphère authentique et étonnante de Gargnano, un petit bourg (à l’origine un village de pêcheurs) qui a connu un essor prodigieux grâce à son climat favorable permettant de cultiver des agrumes et qui s’est enrichi au fil des années de résidences cossues luxueuses et d’édifices qui célèbrent la montée dans la société de certaines familles de la bourgeoisie aisée et de la noblesse locale : les familles Feltrinelli et Bettoni Cazzago.

Si les hameaux au bord du lac ont gardé la caractéristique romantique de vieux villages de pêcheurs, on peut en dire autant pour les petites bourgades perchées sur les collines et leurs pentes herbeuses qui étaient jadis à la base de l’économie de la montagne et qui, aujourd’hui, nous offrent un panorama merveilleux sur le Lac de Garde et des échappées de vue qui font penser à l’ancien temps. Au-delà de Gargnano s’étend un territoire très vaste, fait de versants panoramiques donnant sur le lac, de vallées isolées et solitaires, de villages gracieux et intacts, de bois à l’état naturel et de cimes escarpées où nos clients pourront se consacrer à leur sport préféré ou partir pour une promenade relaxante au milieu de la nature, en étant sûrs de faire une expérience unique. 

Grâce justement à sa position centrale à l’intérieur du Parc "Alto Garda Bresciano" et étant la commune avec la plus grande étendue du territoire, Gargnano offre un paysage unique qui varie du méditerranéen, se caractérisant par les cyprès et les cultures d’oliviers et d’agrumes, à celui de montagne représenté par les hameaux de Costa et Briano.
La nature et la sérénité de nos lieux vous feront cadeau de sensations uniques que vous garderez longtemps dans votre cœur. 
Ils pourront également passer une journée agréable en se rendant dans quelques-unes des localités qui donnent sur le lac de Garde, grâce aux bateaux et aux hydroptères du service public de navigation, ou visiter une des nombreuses villes d’art telles que Trente, Brescia, Vérone, Bergame, Milan, Venise ou Crémone, en partant sans problèmes de Gargnano.

Des vacances à Gargnano signifient sport, à savoir voile, surf, promenades, trekking, vélo tout terrain, varappe, golf, tennis ; culture, le patrimoine artistique dont nous disposons est en effet remarquable grâce aux églises, palais et villas qui peuvent être visités ; relax, la douce oisiveté du farniente au bord du lac est sans pareille et l’environnement tout autour ou la superbe vue panoramique sur le Lac de Garde sont à eux seuls de bonnes raisons de satisfaction.
Gargnano est une vaste commune formée de 13 petits hameaux et peut être défini un village entre deux lacs car le chef-lieu et les hameaux de Villa et de Bogliaco donnent en effet sur le Lac de Garde, tandis que l’arrière-pays de Gargnano remonte graduellement la colline jusqu’au Lac de Valvestino y compris, authentique fjord enchâssé entre les montagnes de la vallée portant le même nom.
C’est l’endroit le plus beau du lac de Garde, loin des localités touristiques commerciales et pleines de monde. Nos clients seront plongés dans l’atmosphère authentique et étonnante de Gargnano, un petit bourg (à l’origine un village de pêcheurs) qui a connu un essor prodigieux grâce à son climat favorable permettant de cultiver des agrumes et qui s’est enrichi au fil des années de résidences cossues luxueuses et d’édifices qui célèbrent la montée dans la société de certaines familles de la bourgeoisie aisée et de la noblesse locale : les familles Feltrinelli et Bettoni Cazzago.
Si les hameaux au bord du lac ont gardé la caractéristique romantique de vieux villages de pêcheurs, on peut en dire autant pour les petites bourgades perchées sur les collines et leurs pentes herbeuses qui étaient jadis à la base de l’économie de la montagne et qui, aujourd’hui, nous offrent un panorama merveilleux sur le Lac de Garde et des échappées de vue qui font penser à l’ancien temps. Au-delà de Gargnano s’étend un territoire très vaste, fait de versants panoramiques donnant sur le lac, de vallées isolées et solitaires, de villages gracieux et intacts, de bois à l’état naturel et de cimes escarpées où nos clients pourront se consacrer à leur sport préféré ou partir pour une promenade relaxante au milieu de la nature, en étant sûrs de faire une expérience unique. 

Grâce justement à sa position centrale à l’intérieur du Parc "Alto Garda Bresciano" et étant la commune avec la plus grande étendue du territoire, Gargnano offre un paysage unique qui varie du méditerranéen, se caractérisant par les cyprès et les cultures d’oliviers et d’agrumes, à celui de montagne représenté par les hameaux de Costa et Briano.
La nature et la sérénité de nos lieux vous feront cadeau de sensations uniques que vous garderez longtemps dans votre cœur. 
Ils pourront également passer une journée agréable en se rendant dans quelques-unes des localités qui donnent sur le lac de Garde, grâce aux bateaux et aux hydroptères du service public de navigation, ou visiter une des nombreuses villes d’art telles que Trente, Brescia, Vérone, Bergame, Milan, Venise ou Crémone, en partant sans problèmes de Gargnano.
Des vacances à Gargnano signifient sport, à savoir voile, surf, promenades, trekking, vélo tout terrain, varappe, golf, tennis ; culture, le patrimoine artistique dont nous disposons est en effet remarquable grâce aux églises, palais et villas qui peuvent être visités ; relax, la douce oisiveté du farniente au bord du lac est sans pareille et l’environnement tout autour ou la superbe vue panoramique sur le Lac de Garde sont à eux seuls de bonnes raisons de satisfaction. 

David H. Lawrence

… je débouchai soudain, comme par miracle au beau milieu de la terrasse de mon San Tommaso, dans un soleil formidable ...

… Livrée à la toute-puissance du soleil, une terrasse était suspendue dans la lumière; juste au dessous se pressaient les toits de tuile du village; plus loin, c'était l'eau bleu-pâle du lac, et en face, au niveau, semblait-il de mon visage et de ma poitrine, mais en réalité beaucoup plus haut, la neige lumineuse de la montagne …

… Vus du haut de ce Hadès végétal, les rougeoyants essaims d'oranges des deux côtés de l'allèe, m'évoquent les feux nocturnes d'un village au bord du lac, sous la constellation pâle des citrons. L'ombre est pleine du parfum subtil, exquis, des fleures de citronniers …

(D.H. Lawrence)

David Herbert Lawrence quitta Londres début août 1912 en compagnie de Frieda, la fille du baron allemand von Richthofen.
Mariée à un professeur anglais mais follement amoureuse de Lawrence, Frieda voulait divorcer. Elle quitta donc sans trop y penser son mari et ses enfants et, désireuse de rompre les liens avec le passé, elle entreprit un voyage par étapes avec Lawrence qui les menait vers le Sud.

Ils allèrent directement à Metz, où se trouvaient les parents et les sœurs de Frieda et séjournèrent dans plusieurs localités d’Allemagne. Ils se rendirent ensuite en Autriche et arrivèrent sur le lac de Garde à Riva, après avoir traversé le Tyrol et le Trentin qui à l’époque était encore englobé dans les frontières politiques de l’Autriche.
Ils poussèrent une pointe de Riva jusqu’à Torbole, où Frieda brûlait d’envie pour une certaine maison rouge. Ils ne trouvèrent toutefois la maison qui leur convenait qu’en septembre 1912 à Villa di Gargnano, où M. Pietro De Paoli leur loua un appartement meublé situé au premier étage d’un édifice avec un petit jardin jonché de parterres et appelé Villa Igea (encore visible au numéro 44 de Via Colletta).

Le premier contact avec l’Italie pour Lawrence fut donc Gargnano et Villa Igea resta le domicile des deux amants jusqu’en mars 1913. Après pâques, ils se transférèrent pour ce qui sera pratiquement leurs derniers jours sur le lac de Garde, à San Gaudenzio, une localité tout près du hameau de Muslone et ne se trouvant qu’à quelques kilomètres de Gargnano.
Cette période fut très active pour Lawrence. À Villa Igea, il corrigea les dernières épreuves de son premier recueil de poésies lyriques ; il termina le roman qui est peut-être son chef-d’œuvre, Amants et Fils (Sons and lovers) ; il écrivit Lutte pour Barbara (Fight for Barbara), une pièce de théâtre dont l’action se passe justement à Villa Igea et où il imaginait que les parents et le mari de Frieda arrivaient à l’improviste pour s’opposer à leur relation.

Il y commença même un nouveau roman, La Fille perdue (The lost girl).
On trouve des échos du séjour de Lawrence à Gargnano surtout dans Les lettres (The letters) et dans Crépuscule sur l’Italie (Twilight in Italy). Ces deux ouvrages sont ceux qui documentent le mieux l’intérêt qu’avait Lawrence pour l’élément ethnique du lac de Garde , en vous conseillant de les lire entièrement avant de vous rendre à Gargnano.

 

PASSEGGIANDO SULLE TRACCE DI LAWRENCE
​Sulle tracce di
​DH Lawrence »

Jardins d'agrumes

Le Lac de Garde, en particulier sur la rive de Gargnano, offre encore au visiteur des exemples de structures architecturales introuvables ailleurs, qui sont des témoignages visibles d'une époque et d'une civilisation : les « limonaie ». Ce sont des serres utilisées pour la culture des citrons, à laquelle l’économie et l’image de Gargnano ont été liés pendant des siècles. Elles furent construites pour permettre l’agrumiculture à cette latitude (la plus au nord dans le monde).

En 1840, la Società Lago di Garda fut fondée à Gargnano, ce fut la première coopérative agricole d’Italie chargée de récolter, trier et commercialiser ce précieux produit qui était ensuite exporté dans toute l'Europe, jusqu'en Russie. L’agrumiculture connut sa plus forte croissance dans les années 1850-1855 lorsqu'environ la moitié des serres à citronniers de toute la riviera occidentale du Lac de Garde se trouvait à Gargnano.

La dégénération des plantes due à la maladie de la gommose, la concurrence de la production venant du Sud suite à l'unification du Royaume d'Italie, et surtout la découverte de la synthèse chimique de l'acide citrique conduisirent petit à petit à l’abandon de cette activité agricole qui fut remplacée par la culture des oliviers.

Latest news

  • 24 Avril 2017 à08:49
  • 19 Avril 2017 à09:16
  • 18 Avril 2017 à09:10